Accueil Animaux Les guépards sont de retour en Inde, mais pourquoi meurent-ils encore ?

Les guépards sont de retour en Inde, mais pourquoi meurent-ils encore ?

par Anne-Claire Marion

Publicité

Certains scientifiques affirment que la réintroduction de guépards africains en Inde est un « désastre total ». Les partisans du projet affirment que les pertes récentes étaient prévisibles et que le projet pourrait être couronné de succès.

Les guépards sont revenus en Inde après 70 ans d’extinction, grâce à un plan de réintroduction mené par le gouvernement et baptisé « Project Cheetah ». Toutefois, les spécialistes des grands félins restent divisés sur cette initiative, dont les résultats sont mitigés depuis l’arrivée des premiers guépards en septembre dernier.

Sur les 20 animaux amenés de Namibie et d’Afrique du Sud au parc national de Kuno, dans l’État du Madhya Pradesh, cinq sont morts, dont deux au cours de la semaine écoulée. Une femelle nommée Siyaya, qui a mis bas en mars, a également perdu la plupart de ses petits à cause de la malnutrition, de la déshydratation et d’un coup de chaleur deux mois plus tard.

Par ailleurs, Yadvendradev Jhala, responsable scientifique du projet Cheetah de 2011 à 2023, affirme qu’il a été contraint de prendre sa retraite au début de l’année, sans qu’aucune raison ne lui ait été donnée. « C’était mon projet, je l’avais conçu, je me sens donc exclu », déclare-t-il.

Les critiques affirment que ces développements n’augurent rien de bon pour l’avenir du projet Guépard ou pour les 15 animaux africains restants qui vivent dans le parc national. Il ne reste actuellement qu’environ 7 100 guépards à l’état sauvage. L’Union internationale pour la conservation de la nature classe donc l’espèce comme vulnérable à l’extinction (les guépards asiatiques, la sous-espèce qui vivait autrefois en Inde, ne survivent que dans une minuscule population en Iran).

La réintroduction d’une espèce dans la nature est toujours risquée, mais « c’est bien pire que ce que je pensais. C’est un désastre absolu », déclare Ullas Karanth, directeur émérite du Centre for Wildlife Studies de Bengaluru, une organisation à but non lucratif, qui s’est opposée dès le départ au transfert d’animaux africains vers l’Inde dans les circonstances actuelles. « L’idée que cela puisse conduire à une population autonome est complètement absurde », ajoute-t-il.

Cependant, les responsables du projet Cheetah affirment que les choses se déroulent comme prévu.

« Les guépards se sont très bien adaptés à l’habitat indien », déclare S.P. Yadav, directeur de la National Tiger Conservation Authority, qui supervise le projet Cheetah. Les animaux relâchés dans le parc « explorent l’habitat » et « survivent dans la nature avec d’autres prédateurs », ajoute-t-il.

Publicité

Vous aimerez peut-être aussi

лого 2

Notre la VIE LLC
57 Rue Jean-Baptiste Gilbert, 76300 Sotteville-lès-Rouen, France
+33380964977
info@notre-lavie.com

Liens Utiles

Clause de non-responsabilité

Les informations contenues sur ce site web sont fournies à titre indicatif uniquement et ne constituent pas une offre publique. Ce site web est uniquement destiné à des fins d'information et ne remplace pas une consultation personnelle, un examen ou un diagnostic par un médecin agréé. Le contenu de ce site n'est pas destiné à l'autodiagnostic ou à l'automédication et ne doit pas être utilisé à cette fin. L'article principal ne contient pas d'informations complémentaires.

@2023 Tous droits réservés